Exposition Napoléon : Bonaparte et l'esclavage

Exposition Napoléon : Bonaparte et l'esclavage

Image
affiche expo

Bonaparte et l’esclavage :
une première mondiale à l’exposition Napoléon de la Villette


Co-organisateurs de la grande exposition Napoléon à la Villette, du 14 avril au 19 septembre 2021, la Réunion des musées nationaux- Grand Palais et l’Etablissement public du parc et de la Grande Halle de la Villette ont fait appel à la Fondation pour la mémoire de l’esclavage et à son conseil scientifique pour y traiter la question du rétablissement de l’esclavage par Bonaparte.

Cet événement inédit dans l’histoire – le rétablissement de l’esclavage par un pays qui l’avait aboli – sera évoqué dans un espace dédié par un dispositif scénographique associant la vidéo et des documents rares et précieux, qui n’ont jamais été exposés jusqu’à présent.
Dans cet espace les visiteurs de l’exposition pourront ainsi découvrir présentés pour la première fois au public avec l’aide des Archives Nationales, les exemplaires originaux des deux actes signés par Napoléon Bonaparte par lesquels il a effacé les effets du décret d’abolition de l’esclavage du 4 février 1794 :

  • Le décret-loi du 20 mai 1802, qui maintient officiellement l’esclavage là où il n’avait pas été aboli (en Martinique, à Tobago, à l’ile Maurice, à La Réunion)
  • L’arrêté consulaire du 16 juillet 1802, par lequel il rétablit l’esclavage en Guadeloupe, où il avait été aboli en 1794.

Les visiteurs y découvriront également :

  • Deux textes explicatifs présentant le contexte et les conséquences de la décision de Bonaparte de rétablir l’esclavage.
  • La reproduction d’un portrait équestre de Toussaint Louverture, l’ancien esclave devenu général en chef de la colonie française de Saint-Domingue (aujourd’hui Haïti), qui osa défier le pouvoir centralisateur du Premier Consul en 1801, et que Bonaparte fit déporter dans le Doubs au Fort de Joux, où il mourut, seul et sans procès, le 7 avril 1803.
  • Enfin, deux vidéos permettront de saisir la complexité et les répercussions mondiales de la politique coloniale de Napoléon: 
    - L’une, du documentariste Mathieu Glissant, à propos du rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe en 1802, avec la participation de l’écrivain Patrick Chamoiseau et de l’historien Frédéric Régent.
    - L’autre proposée par la Fondation à propos des enjeux de la politique coloniale de Bonaparte et de ses conséquences dans les colonies et en métropole, avec l’historien de la période révolutionnaire Marcel Dorigny et la professeure Marlene Daut, spécialiste de l’aire culturelle caribéenne.

Les experts scientifiques et pédagogiques de la Fondation prennent également part à la conception du parcours pédagogique de l’exposition, pour ce qui concerne le rétablissement de l’esclavage et la politique coloniale du Consulat.
Enfin, la FME disposera d’une Carte Blanche le 11 mai prochain à la Villette, au cours de laquelle s’exprimeront des chercheurs, des artistes et des personnalités de l’Hexagone, des Outre-mer et de l’étranger.

A travers ce partenariat, la Réunion des musées nationaux, l’Etablissement public du parc et de la Grande Halle de la Villette et la Fondation pour la mémoire de l’esclavage entendent transmettre au plus grand nombre les derniers acquis de la recherche historique sur ce moment décisif de l’histoire mondiale de la France, dont les conséquences résonnent particulièrement aujourd’hui.

En invitant pour la première fois dans un événement destiné au grand public les visiteurs à saisir l’épopée napoléonienne dans toute sa complexité, cette exposition marque ainsi une étape nouvelle dans la construction par la France d’un récit national plus juste et plus ouvert.


Voir le dossier de presse de l’exposition Napoléon : https://presse.rmngp.fr/napoleon/

Voir l’image des documents de rétablissement : Décret-Loi et Arrêté consulaire

Auteur
Type d'actualité
Actualité
Image d'accroche
Image
affiche expo
Texte d'accroche
La Fondation collabore à l'exposition Napoléon sur le sujet du rétablissement de l'esclavage en 1802.

Table-ronde "Des sculptures publiques : pourquoi et pour qui ?"

Table-ronde "Des sculptures publiques : pourquoi et pour qui ?"

La directrice de la Fondation participe à une table ronde : Des sculptures publiques : pourquoi et pour qui ?

Lundi 7 décembre à 18h30 sur YouTube

Dominique Taffinconservatrice générale du patrimoine, directrice de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage participe à une table ronde en ligne le 7 décembre 2020 organisée par la RMN-Grand-Palais et modérée par

Chris Dercon, Président de la Rmn-Grand Palais avec :

  • Sammy Baloji, artiste plasticien, 
  • Yves Le Fur, conservateur général du patrimoine, directeur du département du patrimoine et des collections au musée du quai Branly, 
  • Simon Njami, écrivain, critique d’art, spécialiste de l’art africain contemporain.


L’artiste Sammy Baloji a conçu pour la façade du Grand Palais Johari - Brass Band, deux étonnantes sculptures qui ornent de part et d’autre l’escalier monumental Clemenceau. Le travail de Sammy Baloji explore sans relâche la mémoire et l’histoire du Congo, son pays d’origine. Son œuvre, qui questionne l’identité africaine, suscite l’admiration et la curiosité des promeneurs. 

N’est-ce pas cela que nous attendons aujourd’hui dans l’espace public ? 

Des formes contemporaines, porteuses de sens, fortes et engagées, qui nous aident à mieux comprendre le monde ? 

Entre esthétique et politique, la discussion portera sur les attentes d’une nouvelle génération face à l’Histoire, son récit et ses représentations.

Pour assister à la table-ronde sur youtube c'est ici

Auteur
Type d'actualité
Actualité
Image d'accroche
Image
Boloji gdpalais

(c) FME

Texte d'accroche
Dominique Taffin participe à la table-ronde Des sculptures publiques : pourquoi et pour qui ? de la RMN Grand Palais le 7 décembre.

Mondes créoles : une campagne d’affichage dans le métro 

Mondes créoles : une campagne d’affichage dans le métro 

Mondes créoles une campagne d’affichage dans le métro parisien
du 25 novembre au début janvier 2021

Pour les 1 an de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage et dans le cadre du partenariat avec la RATP, la fondation met l’imaginaire des mondes créoles à l’honneur dans le métro parisien du 25 novembre au début janvier 2021.

Les voyageurs du métro parisien et du RER A et B, pourront lire sur les quais et dans les rames 10 textes poétiques choisis par l’écrivain Daniel Maximin autour des « mondes créoles » : 10 auteur.e.s français.e.s et étranger.e.s pour exprimer la rencontre, le mélange, la liberté, bref, toute la richesse et l’inventivité des mondes créoles produits des héritages de l’esclavage et des résistances qu’il a suscitées.

Ces auteur.es de France (Guadeloupe, Guyane, Martinique), de Haïti, des Etats-Unis et du Canada invitent à lire la richesse d’un monde créolisé :

Pour l’intégralité des textes et les biographies des auteurs voir le Dossier de presse ici

Image
monde creole
Auteur
Type d'actualité
Actualité
Image d'accroche
Image
monde creole
Texte d'accroche
Pour les 1 an de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage et dans le cadre du partenariat avec la RATP, la fondation met l’imaginaire des mondes créoles à l’honneur dans le métro parisien du 25 novembre au début janvier 2021. Les voyageurs du métro, du RER A et B, pourront lire sur les quais et dans les rames 10 textes poétiques...

Mémorial en hommage aux victimes de l'esclavage : appel à la participation artistique

Mémorial en hommage aux victimes de l'esclavage : appel à la participation artistique

Tuileries


Un appel à participation artistique a été lancé pour le Mémorial aux victimes de l'esclavage qui sera érigé aux jardins des Tuileries à Paris.

'appel est publié par le Ministère des outre-mer et le ministère de la Culture.

Les candidatures sont à présenter au ministère de la Culture jusqu'au 1er septembre 2020. L'oeuvre doit être achevée à l'automne 2021.

Pour plus d'informations voir ici 

Auteur
Type d'actualité
Actualité
Image d'accroche
Image
tuileries

(c) DR

Texte d'accroche
Appel à participation artistique pour le mémorial en hommage aux victimes de l'esclavage aux Tuileries