LE CONSEIL SCIENTIFIQUE

Comment mieux faire connaître la réalité des 4 siècles de relations entre la France, l’Afrique, l’Amérique, les Caraïbes et l’Océan Indien et leur empreinte sur le monde contemporain ? C’est le défi que le conseil scientifique aide la Fondation à relever.

Composé de 40 experts sous la présidence de Romuald Fonkoua, le conseil scientifique apporte son expertise à l’équipe de la Fondation pour la production et la diffusion des savoirs sur l’esclavage et ses héritages, et, avec le conseil d’orientation, donne des avis utiles à la gouvernance. En son sein, un jury décerne chaque année le prix de thèse.

Constitué en groupes de travail thématiques, il contribue à la définition et à la mise en œuvre des programmes recherche, éducation et culture. Ses groupes sont :

  • Programme éducatif
  • Evénements de diffusion scientifique
  • Soutien à la création culturelle et patrimoine
  • Soutien à la recherche

DÉCLARATION DU CONSEIL SCIENTIFIQUE

Le Conseil scientifique de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage, réuni lors de sa troisième séance plénière le 23 novembre 2020, a adopté à l’unanimité une déclaration sur l’importance de la recherche sur l’esclavage colonial et ses héritages.

LE MOT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL SCIENTIFIQUE

Romuald Fonkoua
Président du Conseil Scientifique

L’originalité de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage est d’ouvrir le récit national à la place essentielle de l’esclavage et d’engager la société française à une meilleure reconnaissance des héritages de celui-ci.

Cette originalité résulte du triple constat suivant : un constat d’ignorance, de cette histoire dans la majorité de la société française ; un constat d’incompréhension, de l’influence d’un certain passé historique sur le présent ; un constat de méfiance, par rapport à une histoire qui peut renvoyer à une culpabilité ou une victimisation. Le projet de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage est de lier la mémoire à l’histoire, à la culture et à la citoyenneté.

Le rôle du Conseil scientifique de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage est de permettre par les moyens scientifiques les plus larges un dialogue entre histoire et culture en vue d’une citoyenneté plus inclusive. Ces moyens sont de plusieurs ordres. A côté de l’histoire proprement dite dont il faut toujours approfondir la recherche et renouveler les objets, il convient de convoquer d’autres savoirs, littéraires, artistiques, juridiques, etc. dont les connaissances entrent pleinement dans la compréhension de l’esclavage et de ses héritages et aident à élargir les modalités de son récit (musique, vidéos, etc.) et de sa transmission.

La composition du conseil scientifique reflète ces préoccupations. Pluridisciplinaire, il regroupe, en plus des historiens des Antilles, des Caraïbes, de la Guyane et de l’Océan indien ou de la France du XVIIIe siècle français, des spécialistes d’autres esclavages (d’Afrique du nord par exemple) ou d’autres mémoires, des historiens de l’art, de littératures, etc. International, il fait appel aux spécialistes de ces questions qui enseignent dans des universités africaines, anglaises, et américaines dont les travaux reconnus dans leurs domaines respectifs permettent d’éclairer la façon dont la Fondation entend promouvoir un récit national agrandi. Pédagogique, ce conseil a le souci d’intégrer en amont les institutions de transmission mises en place par les établissements publics d’enseignement.

Encourager et promouvoir la recherche scientifique nationale et internationale sur le sujet de l’esclavage dans les disciplines les plus larges, contribuer à la prise de conscience de ses héritages dans les domaines les plus étendus, favoriser la transmission de ses connaissances aux publics les plus variés en France métropolitaine et dans les Outre-mer, telles sont en définitive les missions du Conseil scientifique.

Voir la biographie de Romuald Fonkoua

40 CHERCHEURS ET UNIVERSITAIRES