PATRIMOINES DÉCHAINÉS
MAI 2019

PATRIMOINES DÉCHAINÉS

Parce qu’il en est ainsi, nous ne tremblons pas pour affirmer qu’il est entré de l’Afrique en abondance dans l’histoire de France, que cela a créé quelque chose d’ineffaçable, que les humains qui ne se laissèrent pas réduire à l’esclavage sont les ancêtres de tous ceux qui se disent membres de la nation française, qu’il n’y aura pas d’art particulier d’être français hors de la capacité à les reconnaître, à les célébrer, à les étreindre avec amour et respect.

Léonora Miano 
Texte d’introduction aux patrimoines déchaînés 

Le 6 et 7 mai 2019, les rencontres inaugurales « Patrimoines déchainés » ont réuni au musée d’Orsay 300 participants, professionnels de la culture et du patrimoine, artistes, militants associatifs venus de toute la France et de l’étranger pour échanger sur le « paysage culturel de l’esclavage » et jeter les bases d’un réseau professionnel coordonné par la Fondation qui développera des actions culturelles et pédagogiques.

Y participent : le musée du Louvre, le Mémorial Acte, le musée du Quai Branly, le Fort de Joux de Pontarlier, les musées et archives des ports atlantiques, les Archives nationales et les Archives nationales d’outre-mer, et de nombreuses autres institutions, lieux de mémoires, bibliothèques…

Programme des rencontres Patrimoines déchaînés, Musée d’Orsay 2019
Conclusion Patrimoines déchainés, texte de Léonoara Miano

Voir les rencontres "Patrimoines déchainés" au musée d'Orsay