14:00
-
16:00

À l’occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon Bonaparte, la Plateforme nationale des opérateurs de mémoire de l’esclavage propose trois tables rondes sous la forme de webinaire ouvert au public, avec la participation d’historiens internationaux.

Depuis le 23 mai 2020, huit opérateurs de mémoire se sont regroupés pour mutualiser leurs actions en faveur de la connaissance de l’histoire de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions et d’en valoriser les patrimoines matériels et immatériels.

Le 5 mai 2021 marquera le bicentenaire de la mort de Napoléon Bonaparte. Ce dernier a laissé une empreinte profonde dans l’histoire de France et du monde. Son rôle dans le rétablissement de la traite négrière et de l’esclavage dans les colonies françaises reste encore trop méconnu.

Trois tables-rondes apporteront un éclairage sur les raisons et les circonstances qui l’ont conduit à ce choix. Sur la base de la recherche historique nous répondrons aux questions du public dans le cadre de trois tables rondes.

Cette manifestation prendra la forme de webinaire ouvert à tous les publics, avec la participation de 18 historiens français et internationaux.

14H00 Première table-ronde
Napoléon Bonaparte : le rétablissement de la traite négrière et de l’esclavage
La première table-ronde sera consacrée aux facteurs et aux mécanismes qui ont amené Napoléon Bonaparte à rétablir la traite négrière et l’esclavage. Après son arrivée au pouvoir suite au coup d’état de novembre 1799, il trouve la situation suivante : l’esclavage est aboli dans la partie française de Saint-Domingue (Haïti), en Guadeloupe et en Guyane ; il est maintenu à la Réunion, à l’Île de France (Île Maurice) et en Martinique.

Dès lors, quels sont les rapports de force entre mouvance abolitionniste et le lobby colonial esclavagiste ? Les positions et attitudes de Bonaparte sur la question ont-elles évolué dans les années 1798-1801 ? Le contexte des négociations de paix avec la Grande-Bretagne et la signature de la paix d’Amiens ont-ils un rôle dans la prise de décision ?
Nous analyserons le processus législatif de l’époque qui aboutit à la loi du 20 mai 1802 qui maintient l’esclavage à la Réunion, à l’Île de France et en Martinique. Pourquoi Bonaparte rétablit-il l’esclavage en Guadeloupe par un arrêté consulaire le 16 juillet 1802 ? Pourquoi la proclamation de rétablissement de l’esclavage en Guyane s’effectue-t-elle le 29 mai 1803 ?

Intervenants :

Marcel Dorigny (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)
Marion Godfroy (CNRS, ENS, Université Paris 1)
Bruno Maillard (Université de La Réunion)
Jean-François Niort (Université des Antilles, Guadeloupe)
Frédéric Régent (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Eric Saugera (Université de Nantes)
Fabrice d’Almeida (Université Panthéon-Assas), modérateur
 

48.8715328, 2.3029153