Image
Hôtel Montaudoin
© Chabe01 / Wikimedia Commons

En bref

Dans la rue Chauvin, à proximité de la cathédrale Saint-Pierre, s'érige une imposante bâtisse. Il s'agit de l'hôtel particulier des Montaudoin, famille d'armateurs et de négociants nantais.

Historique

Cet hôtel particulier, aussi dit "hôtel des colonnes" est témoin des projets d'urbanisation de la ville au XVIIIème siècle. Sur le fronton, on peut apercevoir deux écus de la famille Montaudoin, une riche famille d'armateurs et de négociants de la traite négrière, fondant sa fortune sur le commerce d'esclaves. René Montaudoin est en effet l'un des premiers à investir dans ce commerce, avec deux négriers armés pour Terre-Neuve en 1706, puis pour l'Afrique en 1707.

Le rôle de Nantes dans la traite atlantique (XVIème-XIXème siècles)

Nantes fut le principal port négrier français et quatrième européen. Cela en fait la capitale de la traite, qu'elle soit légale ou illégale, entre le XVIIIème et le XIXème siècles. La royauté française autorise des ports à la pratiquer jusqu'à les encourager et financer. Ainsi, entre 1700 et 1830, ce sont 1800 expéditions qui partirent de Nantes chargées de marchandises luxueuses d'Europe, qui déporteront par la suite 400 000 personnes réduites en esclavage dans les colonies américaine, et qui reviendront finalement avec des produits coloniaux comme le café, le coton, le cacao, le sucre ou encore de l'or et de l'ivoire.
Cette activité économique bénéficiera a de nombreux nantais qui s'enrichiront considérablement.

Mémoire

L'association nantaise Les Anneaux de la Mémoire réalise des projets culturels et patrimoniaux à travers le monde sur l'histoire et les héritages de la traite atlantique. A Nantes, elle propose des visites en une dizaine d'étapes pour découvrir l'histoire et les traces de la traite dans la ville.

Lors du parcours "Sur les traces de Nantes, port négrier", vous passerez devant l'Hôtel Montaudoin constituant un témoignage de ce passé.

Source d'information

Situation

47.21920035, -1.550895829717