France

Lieu

Situé au sommet d'un éperon rocheux à mille mètres d'altitude, le château de Joux commande l’entrée de la cluse de Pontarlier, voie de passage naturelle vers la Suisse.

Historique

En 1802, Toussaint Louverture (1743-1803), ancien esclave devenu gouverneur de l’île de Saint- Domingue (actuellement Haïti), est emprisonné sur ordre de Bonaparte dans ce fort transformé en prison d'Etat, où avait aussi séjourné Mirabeau, dans des conditions bien plus favorables. En prison,  Toussaint est soumis à un régime sévère, isolé de sa famille, sans possibilité de sortir
de sa cellule. Des briques en obstruaient même l'unique fenêtre, ne laissant qu'un petit espace pour la lumière du jour. Ces précautions empêcheront son évasion. Malade, Toussaint Louverture meurt dans sa cellule, le 7 avril 1803, cinq mois après son arrivée.

Toussaint n'a pas été le seul chef militaire de Saint-Domingue enfermé, puisque le général Rigaud, chef de la résistance à l'expédition Leclerc dans le Sud, y séjournera également, mais pour une courte durée.

Dès 1901, une plaque commémorative est apposée, puis en 1954,  un mémorial est également érigé sur le versant est du Fort de Joux à l'initiative de l'Etat haïtien.

Description

Haut lieu d’histoire et d’architecture militaire, le château de Joux, classé monument historique depuis 1996, est un monument emblématique de la Franche-Comté. Situé à 5km de Pontarlier et 15km de la frontière Suisse, le château domine d’une centaine de mètres le passage de la Cluse, étroit passage naturel qui permet de traverser le Massif du Jura. Cette voie militaire et commerciale relie les routes de Champagne, de Flandres et de Haute-Saône à l’Italie et à la Suisse, c'est pourquoi le site a été fortifié et remanié pendant plus de 10 siècles. AU XVIIIe et XIXe siècles, il sert de prison d'Etat. Le projet de restauration et de valorisation patrimoniale permettra de restituer toutes les dimensions historiques du site, notamment en évoquant l'histoire de la Révolution haïtienne, dans des murs où fut emprisonné Toussaint-Louverture.

Plaque commémorative

Citation de Toussaint sous son buste dans le fort.

"En me renversant on n'a abattu à Saint Domingue que le troc de l'arbre de la liberté des Noirs, il repoussera par les racines, parce qu'elles sont profondes et nombreuses"

Toussaint Louverture

Galerie

Image
Dans la pièce voisine de la cellule de Toussaint Louverture au fort de Joux, le haut de son buste, fleuri. Chateau de Joux, 2016. (cc)Wikimedia/Chris93
Dans la pièce voisine de la cellule de Toussaint Louverture au fort de Joux, le haut de son buste, fleuri. Chateau de Joux, 2016. (cc)Wikimedia/Chris93
Image
Entrée du fort de Joux. Château de Joux. 2011. (cc)Wikimedia/Ludovic Péron
Entrée du fort de Joux. Château de Joux. 2011. (cc)Wikimedia/Ludovic Péron
Image
Dans la pièce voisine de la cellule de Toussaint Louverture au fort de Joux, plaque des Routes des abolitions de l'esclavage et des Droits de l'Homme posée en 2008 par Rama Yade, secrétaire d’État. Fort de Joux, 2016. (cc) Wikimedia/Chris93
Dans la pièce voisine de la cellule de Toussaint Louverture au fort de Joux, plaque des Routes des abolitions de l'esclavage et des Droits de l'Homme posée en 2008 par Rama Yade, secrétaire d’État. Fort de Joux, 2016. (cc) Wikimedia/Chris93 
Image
Cellule où a été incarcéré Toussaint Louverture au Fort de Joux, Doubs, Franche-Comté, France. 2011. (cc)Wikimedia/Christophe Finot
Cellule où a été incarcéré Toussaint Louverture au Fort de Joux, Doubs, Franche-Comté, France. 2011. (cc)Wikimedia/Christophe Finot

Situation

46.87211625, 6.3739652103541